Admirez les fointaines de Viterbe, leur forme à fuseau, la pierre grise, le peperino local, s’harmonisent parfaitement avec l’architecture des places et des rues de la ville.
Depuis toujours l’eau est une richesse de notre ville et au Moyen Âge les fontaines étaient le symbole de cette richesse.

Fontana Grande:
Une des fontaines les plus importantes de Viterbe est la fontaine de la place Fontana Grande.
C’est la fontaine la plus ancienne de la ville, construite entre 1206 et 1279 par les sculpteurs Pierre et Bertoldo di Giovanni. Surélevée par des escaliers de cinq marches sur chaque côté, elle se compose d’un premier réservoir en lave en forme de croix grecque, d’une colonne centrale avec deux vasques à quatre lobes qui se superposent et d’un élégant pinacle. Les becs de bronze aux armures des familles Gatti et Orsini, qui sortent des geules de lion à la base de la colonne, ont été rajoutés au XIVe siècle. En 1827, ils ont été décorés de pinacles en pierre. La fontaine présente deux styles qui s’harmonisent élégamment entre eux: à la base, l’austérité romane, alors que l’audace du gothique prévaut dans la partie supérieure. L’eau qui alimente la fontaine provient d’un ancien aqueduc romain costruit par le consul Mummious Vigeto Ningo. L’aqueduc, presque entièrement souterrain, long de 5950 pas romains et large de 10 pieds, était utilisé pour amener l’eau à la ville Calvisiana, dont l’ emplacement nous est inconnu, et qui se trouvait à environ cinq kilomètres au nord de Viterbe.

Fontana di Piazza del Gesù:
La fontaine est mentionnée pour la première fois dans des documents publics en 1450. Après des siècles de conflits juridiques liés à l’écoulement de l’eau, depuis 1727 la fontaine a été achetée par la famille Chigi, qui en 1806 a commandé la réparation du réservoir et des canalisations. De nouveaux travaux de restauration ont été achevés au cours du siècle suivant, lorsque on a décidé de remplacer la fontaine actuelle avec une nouvelle structure bâtie en utilisant des parties du monastère de la Fontaine de Saint-Dominique. La fontaine est formée d’une série de réservoirs qui se chevauchent: la partie inférieure, caractérisée par un pilier avec des chapiteaux corinthiens, est ornée de têtes de lion; celle du haut, dont la forme est plus simple, se dresse sur une tige décorée de têtes de lion, bœuf, cheval et mouton qui s’alternent.
Fontana Piazza delle Erbe:
Cette fontaine a été bâtie à l’occasion du renouvellement de la place construite par le pape Alexandre VI qui a changé le nom de la place Saint-Etienne en Platée Nova Alexandrina. On a ensuite remplacé, en 1621, la fontaine conçue par Filippo Caparozzi, achevée en 1877, prévoyant la construction d’une grille en fer et un petit bassin plus préservé pour puiser de l’eau.

Fontana Piazza del Comune:
La construction de la fontaine, de la cour et du palais, siège du gouverneur, des prieurs et aujourd’hui de la mairie, a été réalisée en 1624 à la demande du conseil municipal. C’est le dessin attribué au peintre Filippo Caparozzi de Viterbo, auteur également de l’élégante balustrade de la cour et des deux niches latérales. Les travaux ont duré bien au-delà de 1624. En mai 1625 la construction du mur pour l’expansion du cloître et de la fontaine, déjà commencée, a été jugée imparfaite avec le risque qu’on ne pouvait pas mener à terme le projet . Malheureusement, en 1635 et en 1637 de violents orages endommagent la fontaine de manière à compromettre sa stabilité. Au cours du XIXe siècle, la fontaine a subi plusieurs mesures d’assainissement qui en ont modifié l’apparence. Par exemple, les deux lions rampants, en haut, qui soutiennent le palmier, ont été sculptés en 1898 par Carlo Jelmoni. Evocation du blason de la ville, ils se distinguent par leur agilité élégante en contraste avec les représentations médiévales dignes et austères.

Fontana di Piazza della Morte:
La fontaine de Saint-Thomas ou de la mort, datant du milieu du XIIIe siècle, est l’une des plus anciennes de la ville. Son nom est étroitement lié au contexte dans lequel elle a été construite: la place, d’abord appelée Carbonare, au XVe siècle a pris le nom de l’église. Le nom actuel a été utilisé au XVIe siècle, quand à l’intérieur de l’édifice sacré on a logé la Fraternité de Prière et de la mort. Sa structure se compose d’un bassin circulaire orné de panneaux rectangulaires selon la forme typique des fontaines à fuseau, formée à la base d’un élément conique orné de têtes de lion et se terminant au sommet par une flèche octogonale ornée de motifs floraux stylisés et avec un acrotère, une couronne composée de feuilles incurvées et un cône de pin, un autre des motifs classiques recourant dans les fontaines de Viterbo. La fontaine a subi deux restaurations en 1587 et en 1607; en 1777 elle est restée sans eau et il a fallu 120 boucliers pour réactiver le flux.